Canadiens de Montréal

Canadiens de Montréal

Canadiens de Montréal

Centre Bell

Centre Bell

Titres et Chandails retirés

Titres et Chandails retirés

#1 Jacques Plante

#1 Jacques Plante

#2 Doug Harvey

#2 Doug Harvey

#3 Emile Bouchard

#3 Emile Bouchard

#4 Jean Béliveau

#4 Jean Béliveau

#5 Bernie Geoffrion

#5 Bernie Geoffrion

#5 Guy Lapointe

#5 Guy Lapointe

#7 Howie Morenz

#7 Howie Morenz

#9 Maurice Richard

#9 Maurice Richard

#9 Guy Lafleur

#9 Guy Lafleur

#12 Dickie Moore

#12 Dickie Moore

#12 Yvan Cournoyer

#12 Yvan Cournoyer

#16 Henri Richard

#16 Henri Richard

#16 Elmer Lach

#16 Elmer Lach

#18 Serge Savard

#18 Serge Savard

#19 Larry Robinson

#19 Larry Robinson

#23 Bob Gainey

#23 Bob Gainey

#29 Ken Dryden

#29 Ken Dryden

#33 Patrick Roy

#33 Patrick Roy

Canadiens Montréal Champions 1993

Canadiens Montréal Champions 1993

Canadiens Montréal Champions 1986

Canadiens Montréal Champions 1986

CareyPrice

CareyPrice

Shea Weber

Shea Weber

Max Pacioretty

Max Pacioretty

Canadiens de Montréal

 

Les Canadiens de Montréal sont une franchise de la LNH. L'équipe, comme son nom l'indique, est basée à Montréal dans la province de Québec au Canada. Ils jouent leurs matchs à domicile au Centre Bell. Ils s'alignent dans la Division Atlantique de l'Association de l'Est dans la Ligue nationale de hockey. Bien que le nom soit plus utilisé pour désigner cette équipe soit les « Canadiens de Montréal », son nom officiel est le Club de hockey canadien.

 

Les Canadiens de Montréal font partie des « six équipes originales » en compagnie des équipes des Blackhawks de Chicago, des Bruins de Boston, des Maple Leafs de Toronto, des Rangers de New York et des Red Wings de Détroit. C'est la plus vieille équipe de hockey au monde toujours en activité, sans aucune interruption. Elle fait partie des équipes fondatrices de la NHL avec les Arenas de Toronto, les Sénateurs d'Ottawa et les Wanderers de Montréal

 

Un siècle d'histoire

Les partisans et la presse utilisent plusieurs surnoms pour désigner l’équipe :

Le « Canadien » ou les « Canadiens » diminutifs du nom officiel ;

Le « Bleu-blanc-rouge » en référence aux couleurs de l'uniforme de l’équipe ;

Le « Tricolore » en raison des trois couleurs présentes sur l’uniforme ;

Les « Glorieux » en référence aux Coupes Stanley remportées par le club ;

Le «CH » en rapport avec le logo du club ;

Les « Habs » les « Habitants », donnant l'expression « Go Habs Go ! » ;

Le « Grand Club » ;

La « Sainte-Flanelle » en référence à l'ancien tissu dont sont faits les chandails ;

 

Historique

Le 13 novembre 1909, à la suite d'un différend qui oppose les propriétaires des clubs membres de l'Est de l'Association canadienne de hockey amateur et le nouveau propriétaire des Wanderers de Montréal, James Strachan, il est suite à une nouvelle ligue : l’Association canadienne de hockey. Cette association fusionne en 1910 avec l'Association nationale de hockey du Canada. Dans la foulée de cette fondation et sur un conseil de Strachan, Jimmy Gardner, un directeur des Wanderers et John Ambrose O'Brien à l'idée d'exploiter la rivalité entre les anglophones et les francophones de Montréal et d'établir un Club de hockey majoritairement, sinon totalement, composé de joueurs d'expression française. Pour ce faire, elle charge Jean-Baptiste « Jack » Laviolette de recruteur des francophones de l'ancien club de football hockey rival avec les Wanderers du quartier McGill College. Le « Club Athlétique Canadien » est créé le 4 décembre 1909. Laviolette peut-être sur l'aide financière d'O'Brien afin de bâtir sa nouvelle équipe et l'un des moyens de disputer à son ancienne équipe, Le National de Montréal, Les meilleurs joueurs francophones du Québec.

 

Les classiques lettres «C » et «H » des Canadiens de Montréal ensembles furent utilisés pour la première fois de la saison 1917-1918. Le logo évolué au cours des années et la saison actuelle pour le début de la saison 1952-1953.

 

Le logo est en fait composé de trois lettres :

Un «C » en blanc, un «H » en blanc, un «C » en rouge.

 

Ces trois lettres forment les initiales « CHC » pour Club de Hockey Canadien, le nom officiel de l'équipe. Le tout est bordé de bleu pour que toutes les couleurs de l'équipe soient présentes à la fois, aussi bien pour le contour esthétique.

 

De 1913 à 1917, le nom de l'équipe était « Club Athlétique Canadien », ce pourquoi un « A » était placé au centre du logo de l'époque. Le surnom Habs (pour « Habitants ») ne provient donc pas du «H », contrairement à la croyance populaire. Il provient des Anglais de Montréal pour désigner le club des francophones ; qui était le grand rival de leur club. Il faut mentionner qu'en 1908, les Canadiens français étaient une population vivant principalement à la campagne. D'où la désignation habitants ou Habs...

 

Les surnoms pour l’équipe :

Le « Canadien » ou les « Canadiens », diminutifs du nom officiel ;

Le « Bleu-blanc-rouge » en référence aux couleurs de l’uniforme de l’équipe ;

Le « Tricolore » en raison des trois couleurs présentes sur l’uniforme ;

Les « Glorieux » en référence aux Coupes Stanley remportées par le club ;

Le « CH » en rapport avec le logo du club ;

Les « Habs », les « Habitants » donnant l’expression « Go Habs Go ! » ;

La « Sainte-Flanelle » - en référence à l’ancien tissu dont étaient fait les chandails ;

 

Les arénas

Les Canadiens de Montréal ont élu domicile dans cinq arénas au cours de leur longue histoire pour jouer les matchs à domicile :

 

La Aréna Jubilée de 1909 à 1911 et 1919 capacité de 3200 places

La Aréna de Westmount de 1912 à 1918 

L’Aréna Mont-Royal de 1920 à 1926 capacité de 6000 places 

Le Forum de Montréal de 1926 à 1996  capacité de 17959 places 

Le Centre Bell depuis 1996 capacité de 21287 places 

 

Les fantômes du Forum

Les « fantômes » sont un groupe de joueurs qui hanteraient le Forum de Montréal, mais qui, selon certains, n’ont pas encore déménagé vers le Centre Bell. Ce groupe serait effectivement composé de Georges Vézina, Newsy Lalonde, Joe Malone, Howie Morenz, Aurèle Joliat, Hector « Toe » Blake, Bill Durnan, Jacques Plante et Doug Harvey. Ces derniers visitaient souvent le Forum à différents moments, surtout lors des séries éliminatoires.

 

De par l’habitude qu’avaient les plus grands joueurs de l’histoire de venir épauler les plus jeunes, c’est aussi à eux et tous les autres « Glorieux » de l’équipe que fait référence le fameux verset gravé dans le bronze au centre de la chambre des joueurs :

 

« Nos bras meurtris vous tendent le flambeau, à vous toujours de le porter bien haut... »

 

Ce verset est inspiré du poème de John McCrae intitulé "In Flanders Fields".

 

Des photographies de tous les joueurs de l'histoire du Canadien admis au Temple de la Renommée du Hockey et des Présentées, juste au-dessus de l'inscription. La plus grande victime des fantômes du Forum fut le coloré entraîneur des Bruins de Boston, Don Cherry. À son grand désarroi, son équipe ne réussis jamais à vaincre les Canadiens de Montréal pendant les séries éliminatoires pour la Coupe. Le Canadien arrivé toujours à l'éclipse de l'excellence de Boston, la plus grande rivalité de la LNH à l'époque.

 

Records de la franchise:

 

Le plus grand nombre de Coupes Stanley gagnées : 24 coupes

Le plus de blanchissages en une saison dans la NHL : 22 blanchissages en 1928-1929

Le plus grand nombre de victoires en une saison : 60 victoires en 1976-1977

Le plus de défaites : 40 en 1983-1984 et en 2000-2001

 

Le plus de saisons : Henri Richard et Jean Béliveau, 20

Le plus de matchs : Henri Richard, 1256

Le plus de buts : Maurice Richard, 544

Le plus d’assistances : Guy Lafleur, 728

Le plus de points : Guy Lafleur, 1246 (518 buts, 728 assistances)

Le plus de minutes de pénalité : Chris Nilan, 2248

Le plus de Coupes Stanley : Henri Richard, 11

Le plus de victoires : Jacques Plante, 314

 

Les étoiles des Canadiens de Montréal - Numéros retirés

 

Les Canadiens de Montréal sont l'équipe de hockey sur glace qui compte le plus grand nombre de chandails retirés officiellement, soit dix-huit.

 

#1 Jacques Plante :

Joseph Jacques Omer Plante est né le 17 janvier 1929 au Canada, à Notre-Dame-du-Mont-Carmel ou à Shawinigan Falls. Le parcours de la carrière qui s'étend de 1947 à 1975, il évolue au poste de gardien de but et joue notamment pour les Canadiens de Montréal de 1953 à 1963 avec autant qu'il remporte six coupes Stanley. Il est premier gardien de la NHL à porter un masque en match de manière officielle et réglementaire. Il est développé et testé de nombreuses versions de masques. Plante est également l'un des précurseurs à jouer régulièrement le palet hors de sa zone du but pour appuyer ses coéquipiers. Plante est intronisé notamment au temple de la renommée du hockey en 1978, au Panthéon des sports canadiens en 1981 et au Panthéon des sports du Québec en 1994. Il est choisi comme gardien de l'équipe historique des Canadiens de Montréal en 1985 et son Numéro de maillot est retiré en 1995 par l'équipe. Il décède le 27 février 1986 à Genève en Suisse

 

#2 Doug Harvey :

Douglas Norman Harvey est né le 19 décembre 1924 à Montréal, au Québec, Canada. Il commence le hockey sur glace en tant que junior dans sa ville natale de Montréal. Il fait ses débuts en NHL au cours de la saison 1946-1947 avec les Canadiens de Montréal. À l'époque où les défenseurs n'ont pas de rôle offensif, Harvey est reconnu pour ses talents de passeur et de marqueur. Comme s'implante la dynastie des Canadiens de Montréal au cours des années 1950, Doug Harvey obtient plusieurs récompenses dont sept trophées Norris comme meilleur défenseur de la ligue. Il permet aux Canadiens de rapporter six Coupes Stanley en 10 ans. Avec la retraite de Maurice Richard, Harvey est nommé capitaine de l'équipe en 1960-1961. Mais la saison suivante, il est échangé aux Rangers de New York. Son séjour à New York se termine en 1963 où il passe quelques saisons dans les mineurs des ligues. Il joue avec les Red Wings de Détroit en 1966-1967 puis avec les Blues de Saint-Louis jusqu'à sa retraite en 1969. Considéré comme un joueur complet, sachant patiner, passer, frapper et entraîner, il est élu au Temple de la Renommée du hockey en 1973. Il meurt dans sa ville natale de Montréal le 26 décembre 1989 à la suite d'une cirrhose à l'âge de 65 ans.

 

#3 Émile Bouchard :

Émile Joseph Bouchard dit Butch Bouchard est né le 4 septembre 1919 à Montréal dans la province du Québec au Canada. Il porte les couleurs de l'équipe des Canadiens de Montréal de 1941 à 19561. Bouchard fut capitaine des Canadiens pendant huit ans, un gagné quatre Coupes Stanley et une participation à quatre All Star Games. Même si la réputation de faire peu de fautes, il est aussi l'un des joueurs les plus costauds et distribuant les meilleures mises en échec de son époque. Il est intronisé au temple de la renommée du hockey en 1966. En 2008, il reçoit l'Ordre national du Québec et un an plus tard, le 4 décembre 2009, le numéro 3 de Bouchard est retiré par les Canadiens de Montréal pour célébrer le Centenaire de la franchise. Il décède le 14 avril 2012 à l'âge de 92 ans, à Longueuil au Québec au Canada

 

#4 Jean Béliveau :

Joseph Jean Arthur Béliveau est né le 31 août 1931 à Trois-Rivières au Québec, Canada. Après avoir joué en junior à Victoriaville puis à Québec, il devient semi-professionnel avec les As de Québec en 1951-1952. Deux saisons plus tard, il rejoint les Canadiens de Montréal. Lors de la saison 1955-1956, il remporte la Coupe Stanley mais aussi le trophée Art Ross du meilleur pointeur avec 88 points et le trophée Hart du meilleur joueur de la ligue. Cette Coupe sera la première de cinq victoires consécutives. En 1961, il devient capitaine de l'équipe et remporte encore cinq autres Coupes Stanley entre 1965 et 1971, la dernière saison à laquelle il participe. À peine à la retraite, une carrière est célébrée aussi bien par les Canadiens, qui décident de retirer le numéro 4 en octobre 1971, que par l'ensemble du monde du hockey. Ainsi, dès 1972, il est admis au temple de la renommée qui accueille pour la sixième fois de son histoire, moins un joueur de moins de trois ans après son départ à la retraite. Au cours des années 1990 et 2000, le Québec et le Canada lui rendent également hommage puisqu'il est nommé Grand officier de l'Ordre national du Québec et également compagnon de l'ordre du Canada. Il meurt des suites d'une pneumonie le 2 décembre 2014.

 

#5 Bernie Geoffrion :

Bernard Joseph André Geoffrion, également appelé Bernie et surnommé Boum-Boum né le 14 février 1931 à Montréal dans la province de Québec au Canada. Il est reconnu pour avoir popularisé le lancer frappé. Il a joué pendant quatorze saisons avec les Canadiens de Montréal ainsi que 2 saisons avec les Rangers de New York. En 1972, il a été intronisé au temple de la renommée du hockey. Geoffrion débuta sa carrière avec les Canadiens en 1951 et fut surnommé « Boom Boom » en raison de ses lancers frappés fracassants. Il fut le deuxième joueur de la NHL à marquer 50 buts en une saison ; Le premier était son coéquipier Maurice Richard. Il occupait la position d'un droit d'auteur et d'ailleurs joué au sein d'un trio réunissant les vedettes Jean Béliveau et Dickie Moore. Il remporta la Coupe Stanley à six reprises avec les Canadiens de Montréal. Le 15 octobre 2005, l'organisation du Canadien de Montréal a annoncé que son chandail numéro 5 était retiré lors d'une cérémonie spéciale le 11 mars 2006 avant le match du Canadien face aux Rangers. Le 8 mars 2006, les médias ont annoncé que Geoffrion était gravement atteint d'un cancer de l'estomac. Son état s'est rapidement détérioré puis décédé le 11 mars 2006 à Atlanta aux États-Unis à l'âge de 75 ans, quelques heures juste avant l'hommage qui lui vient plus tard dans la même journée au Centre Bell à Montréal. Le destin a voulu que Geoffrion rende l'âme exactement la même date à laquelle la dépouille de Morenz avait été exposée en chapelle ardente au Forum de Montréal 69 ans plus tôt. Enchantement d'une empreinte d'émotion, la bannière du numéro 7 de Morenz à l'été descendue au niveau de la glace avant d'être de nouveau-né dans les hauteurs du Centre Bell en même temps que la bannière numéro 5 de Geoffrion.

 

#5 Guy Lapointe :

Guy Gérard Lapointe est né le 18 mars 1948 à Montréal au Québec, au Canada. Il joue au poste de défenseur pour les Canadiens de Montréal puis pour les Blues de Saint-Louis et pour finir pour les Bruins de Boston. Sur le surnomme Pointu. Il porte les couleurs de l'équipe des Canadiens de Montréal de 1968 à 1981. Il remporte six Coupes Stanley en 1971, 1973, 1976, 1977, 1978 et 1979. Le 8 novembre 2014, Les Canadiens de Montréal retirent son chandail numéro 5.

 

#7 Howie Morenz :

Howard William Morenz dit « Howie » aussi surnommé le météore Mitchell est né le 21 septembre 1902 à Mitchell en Ontario au Canada. Il joue pour les Canadiens de Montréal de 1923 à 1934 puis pour les Black Hawks de Chicago, les Rangers de New York et à nouveau pour Montréal pour sa dernière saison professionnelle en 1937. Il remporte trois Coupes Stanley avec les Canadiens, en 1924, 1930 Et 1931. Il remporte le trophée Hart en tant que meilleur joueur de la saison. Il meurt au cours de la saison 1936-1937, près de six semaines après une fracture multiple de la jambe au cours d'un match. Il est le premier joueur du Canadien de Montréal à voir son numéro 7 honoré, avec une réplique de son maillot accroché dans le Forum de Montréal, et retiré à jamais pour l'équipe. Dès son année d'ouverture, en 1945, le temple de la renommée du hockey accueille Morenz en son sein. Cinq ans plus tard, la presse canadienne le désigne meilleur joueur de la première moitié du 20ème siècle.

 

#9 Maurice Richard :

Joseph Henri Maurice Richard surnommé le Rocket ou encore la Comète, né le 4 août 1921 à Montréal dans la province de Québec, au Canada. Il est un des joueurs de hockey les plus connus au Canada et dans le monde entier. Il rejoint les Canadiens de Montréal lors de la saison 1942-1943 mais voit sa première année gâchée par une bénédiction. Dès sa deuxième saison, il remporte la Coupe Stanley. Richard joue toute sa carrière avec la franchise de Montréal, en grande partie à l'aile droite de la Punch Line avec Elmer Lach au centre et Hector « Toe » Blake à l'aile gauche. Entre 1943 et sa dernière saison en 1959-1960, l'équipe des Canadiens remporte huit Coupes Stanley, pas cinq consécutives de 1956 à 1960. Par le biais d'articles de journaux, il incite les dirigeants de la NHL à éliminer leurs comportements discriminatoires Vis-à-vis des joueurs de langue française. Il est à l'origine d'une émeute en 1955, qui prendra son nom par la suite. Cet événement est considéré par plusieurs comme le début de la Révolution tranquille au Québec. Après sa carrière, les Canadiens décident de ne plus autorisateur aucun joueur à porter son maillot fétiche, le numéro 9, et il est rapidement admis au temple de la renommée du hockey. Il s'essaie brièvement au poste d'entraîneur des Nordiques de Québec plus après deux rencontres, ne soutenant pas la pression, il décide d'arrêter l'expérience. Il meurt le 27 mai 2000 d'une insuffisance respiratoire alors qu'il souffre également d'un cancer et de la maladie de Parkinson à l'âge de 78 ans. Des funérailles nationales à la Basilique Notre-Dame de Montréal le 31 mai 2000, présidées par le cardinal Jean-Claude Turcotte, archevêque de Montréal.

 

#10 Guy Lafleur :

Guy Damien Lafleur est né le 20 septembre 1951 à Thurso, Québec, Canada. Sur le surnomme le « Démon blond » ou « flower ». En 2007, il est classé treizième meilleur joueur de l'histoire de la NHL par le magazine The Hockey News. Sélectionné au premier rang par les Canadiens de Montréal, il fait remarquer pour sa première saison en marquant soixante-quatre points. Par la suite, il devient le premier joueur de l'histoire à connaître six saisons de suite avec au moins cinquante buts et cent points et permet aux Canadiens de rapporteur cinq fois la Coupe Stanley. Il connaît une carrière de dix-sept saisons dans la ligue nationale de hockey : il joue de 1971 à 1991 en passant quatorze saisons avec les Canadiens, suivies d'une retraite pendaison trois saisons et d'un retour pendant une saison avec les Rangers de New York et deux avec les Nordiques de Québec. Son chandail numéro 10 est retiré par les Canadiens de Montréal le 16 février 1985 au Forum de Montréal et il est intronisé au temple de la renommée du hockey en 1988.

 

#12 Dickie Moore :

Richard Winston Moore, surnommé « Dickie » est né le 6 janvier 1931 à Montréal, Québec, au Canada. Il évoluait au poste d'ailier gauche. Moore remporte à six reprises la Coupe Stanley avec les Canadiens de Montréal. La première fois en 1953 puis cinq fois consécutivement de 1956 à 1960. Au cours de la saison 1958-1959 de la LNH, il marque 96 points, un nouveau record en saison régulière. Il prend sa retraite en 1963 plus revient au jeu en 1964 avec les Maple Leafs de Toronto pour une saison. Après deux nouvelles années sans jouer, il termine sa carrière après une dernière saison avec les Blues de Saint-Louis en 1967-1968. En 1974, Dickie Moore est intronisé au temple de la renommée du hockey. En 1997, il est classé à la 32e position des 100 meilleurs joueurs de tous les temps de la NHL par le magazine The Hockey News. Le 12 novembre 2005, les Canadiens de Montréal retrait le numéro 12 en son honneur en ligne d'Yvan Cournoyer. Il décède le 19 décembre 2015

 

#12 Yvan Cournoyer :

Yvan Serge Cournoyer né le 22 novembre 1943 à Drummondville, Québec, Canada. Il joue l'essentiel de sa carrière avec les Canadiens de Montréal de 1963 à 1979. En raison de sa grande vitesse et de sa petite taille, Cournoyer est surnommé le roadrunner à l'instar du légendaire personnage de dessins animés. En 16 saisons de jeu, Cournoyer est l'un des meilleurs joueurs offensifs de la LNH, marquant 428 buts et 435 passes décisives en 968 parties. Il remporte dix Coupe Stanley. Il Est Choisi pour participer à la Série du siècle entre l'Union soviétique et le Canada en 1972, Cournoyer fut le joueur du plus populaire auprès des Soviétiques en raison de son style de jeu. Il s'est distingué au cours de rencontres, récoltant une assistance sur ce que plusieurs qualifient de mais le plus marquant de l'histoire du hockey. Ayant succédé à Henri Richard à titre de capitaine des Canadiens en 1975, il conserva le «C » jusqu'à sa retraite, accepte le flambeau avec fierté et allumant une flamme qui se déroule sur les conquêtes consécutives de Stanley. Quinze rencontres après le début de la saison 1978-1979, une opération au dos signifie un arrêt forcé et définitif pour le Roadrunner. Cournoyer fut intronisé au Temple de la Renommée du Hockey en 1982 et avec la même fougue et le même dévouement qui ont marqué sa carrière active, il agit depuis quelques années à titre d'ambassadeur pour l'équipe. À la saison 1996-1997, Cournoyer est entraîneur-adjoint pour les Canadiens. Il voit son numéro son numéro 12 être retiré par l'organisation du Canadien le 12 novembre 2005.

 

#16 Henri Richard :

Joseph Henri Richard est né le 29 février 1936 à Montréal, ville du Québec, Canada. Il joua toutes sa carrière pour les Canadiens de Montréal. Il est alors surnommé le « Pocket Rocket ». Henri Richard est le joueur de l'histoire de la LNH qui a remporté le plus grand nombre de Coupe Stanley avec onze victoires en vingt saisons. En 1973, il devient le neuvième joueur de l'histoire de LNH à dépasser la barre symbolique des 1 000 points. Il termine sa carrière avec 1 256 parties dans la NHL, toutes les jouets sous le maillot de Montréal, et avec une carte de 1 046 points (358 buts, 688 passes). Il est capitaine des « Habs » de 1971 jusqu'à une retraite sportive. En décembre 1975, le numéro 16 il a toujours porté est retiré quelques mois après avoir pris sa retraite. Quatre ans plus tard, il devient membre du temple de la renommée du hockey.

 

#16 Elmer Lach :

Elmer James Lach est né le 22 janvier 1918 à Nokomis, ville de la province de la Saskatchewan au Canada. Il joue toute sa carrière professionnelle avec les Canadiens de Montréal et remporte avec eux la Coupe Stanley à trois reprises en 1944, 1946 et 1953. En 1945, il remporte le trophée Hart, ainsi que le championnat des pointeurs de la LNH avec 80 points, Avant de gagner le premier trophée Art Ross remis par la NHL en 1948. Il fait partie de la Ligne Punch avec Toe Blake et Maurice Richard. Il est intronisé au temple de la renommée du hockey en 1966 alors que son chandail numéro 16 est retiré au cours de la cérémonie du Centenaire des Canadiens en même temps que le 3 d'Émile Bouchard, le 4 décembre 2009. Il décède le mort le 4 avril 2015 à Kirkland.

 

#18 Serge Savard :

Serge Aubrey Savard est né le 22 janvier 1946 à Montréal, dans la province de Québec, au Canada. En dix-sept saisons avec le Canadien, Savard remporte huit fois le coup Stanley. En 1969, le Canadien remporte le championnat pour la deuxième fois de suite, sur lui remet le trophée Conn Smythe, qui le désigne, le joueur le plus utile aux des effets. En 1979, il gagne le trophée Bill Masterton pour sa persévérance et son dévouement pour le hockey. Serge termine sa carrière avec les Jets de Winnipeg de 1981 à 1983, quittant la glace en 1983. Le Canadien de Montréal a retiré son chandail numéro 18 le 18 novembre 2006. Après une retraite en tant que joueur, Savard est devenu le directeur général du Canadien. Il permet à l'équipe de regagner le coupé Stanley en 1986 et en 1993. En 1994, sur l'honore au titre d'officier de l'ordre du Canada. En 2004, il est décoré Chevalier de l'Ordre national du Québec. Actuellement, il préside les festivités de la fête du Canada à Montréal.

 

#19 Larry Robinson :

Larry Clark Robinson est né le 2 juin 1951 à Winchester en Ontario, Canada. Mesurant 1,93 mètre et pesant 100 kg, Larry Robinson est un grand et imposant défenseur, très mobile et agile sur les patins. Il joue dix-sept saisons pour les Canadiens de Montréal et trois de plus avec les Kings de Los Angeles. Il remporte à deux reprises le trophée James Norris, trophée remis chaque année au meilleur défenseur de la LNH, et une fois le trophée Conn Smythe du meilleur joueur des séries éliminatoires. Il remporte avec les Canadiens six Coupes Stanley. Il est l'un des défenseurs les plus dominants de sa génération, il fait partie d'une des meilleures paires défensives de l'histoire de la NHL. En compagnie de Serge Savard et Guy Lapointe, ils forment le Big Three. À la fin de sa carrière, il occupe le premier rang de l'histoire chez les joueurs de la NHL pour son +/- de +730 ; Il arrête sa carrière de joueur en 1992 après avoir joué 1 384 rencontres en saison régulière et 227 en playoffs. Lors de sa retraite, il devient entraîneur assistant des Kings puis entraîneur en chef de l'équipe pour la saison 1995-1996. Après quatre saisons passées en tant qu'entraîneur principal des Kings, il rejoint les Devils du New Jersey qu'il mène à la victoire de Coupe Stanley lors de la saison 1999-2000. Le 19 novembre 2007, son numéro de chandail 19 est retiré au Centre Bell.

 

#23 Bob Gainey :

Robert Michael Gainey, plus connu sous le nom de Bob Gainey est né le 13 décembre 1953 à Peterborough, dans la province de l'Ontario au Canada. Gainey a été choisi en 8ème position du premier tour de la Draft de 1973 par les Canadiens de Montréal. Bob Gainey a joué de 1973 à 1989 dans la LNH, il a gagné quatre Trophée Frank J. Selke et cinq Coupes Stanley avec le Canadien de Montréal (plus un en tant que directeur général des Stars de Dallas en 1999) ainsi qu'un trophée Conn Smythe lors des séries éliminatoires de 1979. Il a joué 1160 parties en saison régulière pour le Canadien. Il a marqué 239 buts et 263 passes et fut intronisé au temple de la renommée du hockey en 1992. Viktor Tikhonov l'entraîneur de l'URSS dans les années 1970-80 le qualifie d'un joueur de hockey le plus complet. Les Canadiens de Montréal ont retiré son no 23

 

#29 Ken Dryden :

Ken Wayne Dryden est né le 8 août 1947 à Hamilton, dans la province de l'Ontario au Canada. Il débute dans la cour du domicile familial, où les enfants du quartier se réunissent pour jouer au hockey. Il choisit la position de gardien de but. Ken Dryden est sélectionné par les Bruins de Boston à la 14e place lors de la draft de la NLH en 1964. Il est échangé aux Canadiens de Montréal en 1966. En 1971, après avoir joué seulement 6 parties en saison régulière, il remporte la Coupe Stanley et se voit décerner le trophée Conn Smythe du meilleur joueur des séries éliminatoires. Il est le seul joueur dans l'histoire de la NHL à obtenir cet honneur avant de recevoir le trophée Calder en tant que recrue de l'année 1972. Dryden prend la partie aux six conquêtes de la Coupe Stanley de Montréal dans les années 1970. Durant Sa carrière, le trophée Vézina, remis au meilleur gardien de mais, lui est remis à cinq reprises en huit saisons. Il est intronisé au temple de la renommée du hockey en 1983. Le 29 janvier 2007, les Canadiens de Montréal retraité son chandail numéro 29 lors d'une cérémonie au Centre Bell. Après sa carrière d'hockeyeur, Il devient de 2004 à 2011, député de la circonscription fédérale de York-Centre, dans la région de Toronto puis ministre du Développement social dans le cabinet de Paul Martin en 2004 et 2005.

 

#33 Patrick Roy :

Patrick Roy est né le 5 octobre 1965 à Québec, au Canada. C'est en 1984 que son rêve le plus cher se réalise. Il est drafté au 3e tour à la 51ème position par les Canadiens de Montréal. Ce n'est qu'un an plus tard, à la surprise de tous, il fait ses débuts professionnels en aidant le club-ferme du Canadien, les Canadiens de Sherbrooke, au rapporteur du championnat de l'AHL, à la Coupe Calder. La saison suivante, l'encadrement des Canadiens annonce le titre titulaire pour le début de la saison 1985-1986 en NHL. Toute la pression est sur son dos et il saura habilement la soutenir, étonnant tous les observateurs. Offrant 23 victoires en 47 rencontres, il porte son équipe jusqu'aux playoffs. Durant ces mêmes séries éliminatoires, il étonnera encore tout le monde et conduira magistralement son équipe jusqu'à plus haut sommet : la Coupe Stanley. Il sera couronné meilleur joueur des séries éliminatoires en remportant le trophée Conn Smythe. Alors âgé de vingt ans, il est le plus jeune joueur de l'histoire à recevoir cet honneur. Il remporte une nouvelle fois avec les Canadiens une nouvelle Coupe Stanley en 1993. Au début du saison 1995-1996, au cours d'une partie, rien ne va plus : après avoir accordé 9 buts face aux Red Wings de Détroit, Roy, frustré, Demande une transaction à Ronald Corey assis dans l'estrade. Quelques jours plus tard, il est échangé à l'Avalanche du Colorado, en compagnie de son coéquipier Mike Keane, en retour du gardien de mais québécois Jocelyn Thibault et des attaquants Martin Ručinský et Andreï Kovalenko. Au cours de la même année, il remporte la Coupe Stanley puis une seconde en 2001, toujours avec l'Avalanche. Au cours de carrière, Patrick Roy a réalisé deux coups Stanley avec le Canadien et deux autres avec l'Avalanche pour un total de quatre coupes Stanley. Il a aussi gagné trois fois le trophée Vézina et trois trophées Conn Smythe. Le 28 juin 2006, Patrick Roy a été sélectionné pour être intronisé au temple de la renommée du hockey. Son intronisation a eu lieu le 13 novembre 2006 lors d'une circonscription au Centre Air Canada, quelques minutes avant un match entre les Canadiens et les Maple Leafs de Toronto. Le 22 novembre 2008, fils chandail, numéro 33, a été retiré par les Canadiens de Montréal lors d'une circonscription avant le match opposant le Tricolore aux Bruins de Boston. Il déclara à cette occasion « Je serai toute ma vie reconnaissant de votre accueil et de votre soutien. Bien sûr, je me souviendrai de ce jour où j'avais un statut trop rapide sans vous dire au revoir comme je l'aurais souhaité. Mais je me rappellerai plus loin ces moments nous avons fait trembler le Forum et vibrer Montréal. Et alors que vos encouragements et vos applaudissements me vont droit au cœur, alors que vous me faites l'honneur de retirer, ici à Montréal, mon chandail, alors que vous m'accueillez comme au premier jour, mes amis, ce soir, je rentre chez nous. »

 

Palmarès

 

Coupe Stanley

1916, 1924, 1930, 1931, 1944, 1946, 1953, 1956, 1957, 1958, 1959, 1960, 1965, 1966, 1968, 1969, 1971, 1973, 1977, 1978, 1979, 1986, 1993.

 

Trophée Prince de Galles

1924, 1925, 1944, 1945, 1946, 1947, 1956, 1958, 1959, 1960, 1961, 1962, 1964, 1966, 1968, 1969, 1973, 1977, 1978, 1979, 1981, 1986, 1989, 1993

 

Trophée des Présidents

1918, 1928, 1929, 1932, 1944, 1945, 1946, 1947, 1956, 1958, 1959, 1960, 1961, 1962, 1964, 1966, 1968, 1969, 1973, 1977, 1978